Une ancienne doctorante du PPSM au Japon

Marine Louis
Marine Louis
Marine Louis est une ancienne doctorante du Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires (PPSM). Aujourd'hui, elle vit au japon comme assistante professeure à l'université NAIST au Japon.
Elle témoigne sur son parcours et les opportunités offertes pour les doctorants le parcours en double diplôme avec la Nara Institute of Science and Technology (NAIST) au Japon.

Quel est votre parcours ?

Après le baccalauréat, je suis partie en classe préparatoire au lycée St Louis à Paris en section Physique, Chimie et Science de l'ingénieur. Suite à ces deux années j`ai rejoint l'Université Paris-Saclay, en 3e année de Licence de Chimie.

À la fin de cette licence, et sur les conseils du responsable de parcours, j`ai postulé et aie rejoint le magistère de physico-chimie moléculaire entre l'université Paris-Saclay et l'ENS Paris-Saclay, en 1re année de master. Ceci fut suivit d`un master 2 en chimie organique et d'une thèse au Photophysique et Photochimie Supramoléculaires et Macromoléculaires (PPSM - ENS Paris-Saclay).

Après ma soutenance je suis partie à Dresden, en Allemagne, pour un premier post-doctorat à l'Université technique de Dresden (TUD) dans le groupe du Professeur Sebastian REINEKE.
Je suis ensuite partie au Japon pour mon second post-doctorat au NAIST.

Pourquoi et quel stage post-doctoral avez-vous effectué au NAIST ?

J'ai toujours eu pour objectif de continuer le travail de recherche dans le milieu académique. Aujourd'hui ce milieu est devenu ultra compétitif. Après mon 1er post-doctorat en Allemagne, TUD, Je ressentais qu'il me fallait une seconde expérience pour pouvoir me sentir pleinement légitime au moment de postuler sur des postes permanents en France.

J'avais effectué mon stage de Master 1 au NAIST, et avais collaborer avec le Pofesseur Tsuyoshi KAWAI au cours de ma thèse. Je savais que l'université et cette équipe disposait d'un cadre idéal pour effectuer une solide seconde expérience postdoctorale. Avec l'aide du professeur Kawai, j`ai postule et obtenu une bourse Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) sur 2 années.

Quel est votre poste actuellement et quels sont vos axes de recherche ?

Je suis actuellement embauchées par la faculté NAIST comme assistante professeure. C’est un poste pour 5 ans renouvelable une fois.

Je travail à l'interface en chimie organique et photophysique. Mes principaux thèmes de recherché portent sur :

  • La synthèse et l'étude de molécules/polymères luminescentes possédant des propriétés de fluorescence retardée et polarisée.
  • La synthèse et l'étude de molécules photoresponsives avec des applications allant de la détection de rayon X a de la photocatalyse.

Pourquoi avez-vous choisi d'intégrer le NAIST ?

Je vis au Japon depuis 3 années désormais. Alors que je réalisais mon 2e post-doctorat, l’un des professeurs assistants a été promu et est parti dans une autre université libérant une place. Après discussion avec le professeur Kawai, qui m’a fortement encouragé à postuler ; j’ai décidé que l’occasion était trop belle pour passer à côté. Je connais bien le laboratoire et l’équipe.
Je peux poursuivre mes activités de recherche sans être submergée d’enseignement tout en encadrant environ 2 stagiaires chaque année.

En quoi consiste votre mission d'encadrante des doctorants en cotutelle avec le PPSM ?

Je m’occupe de la vie de tous les jours au laboratoire. J’aide aussi bien avec la science : les expériences, l'interprétation des résultats, la préparation de publications et présentations etc…Cela dépend beaucoup de l’autonomie que souhaite avoir l’étudiant que pour des détails plus administratifs.

Des conseils pour les doctorants ou post-doctorants intéressé par le NAIST ? Ces échanges concernent-ils également les normaliens en master ?

Les échanges sont accessibles à l’ensemble des étudiants de l’Université Paris-Saclay à partir du master dans le cadre de stage. Cela dépend aussi de la capacité d`accueil des laboratoires au NAIST.

Pour les doctorants le parcours en double diplôme est une vraie opportunité même si possédant quelques challenges. Il ne faut pas hésiter à en discuter avec les enseignants côté Français ainsi qu’à nous contacter côté Japonais. Mieux vaut commencer les dialogues assez tôt pour former un binôme entre 2 équipes et bien déterminer le sujet de recherche ainsi que la contribution du chaque équipe.
En plus des bourses Française certaines bourses japonaises sont également disponibles. La maitrise de l’anglais est bien évidemment requise.

Pour les post-doctorants intéressés in NAIST, il vaut mieux entrer en contact aussi tôt que possible avec l'équipe qu'il aimerait intégrer. De nombreux laboratoires ne possèdent malheureusement pas les fonds suffisant pour payer un post-doctorant mais des bourses existent tel que la "Japan Society for the Promotion of Science" (JSPS). Néanmoins l'écriture d'un projet de recherche à soumettre peut prendre beaucoup de temps. J`avais contacté le professeur KAWAI 6 mois en avance.

Que souhaitez-vous faire à l'avenir ?

Je ne suis pas sûr à 100%. Je ne sais pas si je souhaite revenir en France en postulant sur des postes de professeur ou bien rester au Japon est devenir professeur associé.
Cela dépendra beaucoup de mes résultats, performances et des opportunités présentes au cours des prochaines années.

Mais je souhaite rester dans le milieu académique et l’enseignement.